23/12/2020

La p'tite histoire... de la Manufacture

 La p’tite histoire… de la Manufacture, c’est celle d’un site remarquable de fabrication d’armes qui devient aujourd’hui un site de « fabrication » de l’avenir stéphanois. La voici :

Aussi curieux que ça puisse paraître, l’histoire de la « Manu » commence (entre autres) dans le quartier Saint-Roch ! Depuis le 13ème siècle, des artisans indépendants y fabriquent des armes et vendent leur production au Roi. Ils s’organisent en Manufacture dès le milieu du 18è siècle, place Chavanelle. Quelques irréductibles armuriers résistent d’ailleurs encore aujourd’hui et produisent de véritables œuvres d’art, mais c’est une autre histoire…

Si la Manufacture est officiellement « royale » dès 1764, elle est donc éparpillée en petits ateliers. Napoléon III décide que ça commence à suffire, qu’il faut organiser cela pour contrôler la qualité et les quantités. Il décide la construction d’une Manufacture unifiée sur un nouveau site. Le site du Treuil est vite adopté : il est tout plat, fait rare à Saint-Étienne, et proche du centre-ville : facile à défendre et proche des logements existants pour les futurs ouvriers. Ça évitera bien de construire des logements dédiés !

Vue du Treuil vers 1853, peintre Soulary

1864

Le bâtiment de la nouvelle Manufacture est conçu comme une machine : pour l’efficacité de la production. C’est aussi pour cela qu’il est évolutif, dès sa conception, pour s’adapter aux nouvelles techniques et aux nouvelles demandes. Tour d’horizon des principaux bâtiments :

   

Vue de la Manufacture en construction le 19 août 1867  Plan général de la Manufacture en 1878

L'énergie

La Manufacture fonctionne d’abord grâce à l’énergie de machines à vapeur. Il s'adaptera aisément à l'arrivée de l'électricité. Le bâtiment central ou « bâtiment des Forces Motrices » alimente tous les bâtiments production en énergie. Il accueille depuis septembre 2020 le restaurant associatif et solidaire de la « Fabuleuse Cantine »

 

Les machines à vapeur du bâtiment des forces motrices (date inconnue) / La Fabuleuse Cantine en 2020 (crédit : la Fabuleuse Cantine)

Les grandes usines

Les bâtiments principaux en forme de double H sont les « Grandes usines mécaniques ». Ce sont les premiers bâtiments construits dès 1866. Ils ont permis les premiers déménagements des usines éparpillées. Aujourd’hui, le H sud accueille une école publique, maternelle et élémentaire, le groupe scolaire Paule et Joseph Thiollier. L’école est nommée après un couple de stéphanois qui reçurent la médaille des Justes pour avoir accueilli et protégé deux petites filles juives en 1944.

 

Vue intérieure des H vers 1930  / Salle de classe de l'école maternelle Paule et Joseph Thiollier (2017) - crédit EPA Saint-Etienne - F. Caterin

 Le H Nord, contrairement à son jumeau du sud, a été surélevé vers 1929 pour répondre aux besoins de densification. L’étage accueille alors les chercheurs, qui travaillent à de nouveaux fusils, ou dans le pôle nucléaire, bactériologique et chimique. C’est ici que se trouve aujourd’hui la Grande Usine Créative

Chercheurs dans la Manufacture vers 1980  / La Grande Usine Créative en 2017- crédit Kevin Dolmaire

Les bâtiments périphériques

Le bâtiment des Forges, onstruit en 1868, fait partie des bâtiments qui étaient auparavant en ville et que le nouveau projet voulait rassembler. Les murs de ce bâtiment sont conservés et valorisés dans le projet du Centre des Savoirs pour l’Innovation (UJM), livré début 2021.

Le « bâtiment de l’Horloge » accueille l’atelier d’ajustage. C’est l’un des derniers construits (1869) dans la première phase de travaux. C’est le bâtiment le plus travaillé ou orné sur le plan architectural. Il accueille aujourd’hui les bureaux de la Cité du Design.

 Le bâtiment de l’ « Imprimerie » (1868) était au départl’usine des meules à baïonnettes, qui fonctionne avec un système d’arrosage des meules en circuit fermé (c’est économique) et l’atelier de réparation et de précision. Il a ensuite été utilisé comme imprimerie par le GIAT. Il accueille aujourd’hui une crèche, une pépinière, des bureaux et le Mixeur, tiers-lieu principal du quartier créatif.

Le bâtiment de l'Imprimerie avant (1999) et après (2014) réhabilitation : le MIxeur

Le bâtiment accueillant aujourd’hui l’École Supérieure d’Art et Design abritait initialement l’usine des meules à canon, le polissoir, des ateliers de trempe du fer et d’ajustage, ainsi que des moteurs supplémentaires

Les annexes                 

Les actuels bâtiments de l’école Telecom Saint-Etienne et de l’Université Jean-Monnet, construits en 1868, étaient les magasins : métaux au  rez-de-chaussée, bois à l’étage : pour limiter le risque d’incendie, élevé, les bâtiments sont séparés et les planchers et persiennes de l’étage sont en métal

D’autres bâtiments, plus ou moins annexes, ont été construits, puis démolis au fil du temps et des besoins de l’armement, bien avant l’arrêt de la production (2002, sortie du dernier Famas) et le déclassement définitif du site en 2007.

Du site productif au quartier créatif   

Autrefois centre névralgique de l’industrie lourde de guerre, la Manufacture est aujourd’hui au cœur d’une toute autre dynamique, celle de la créativité et de l’innovation. Anciennement interdit au public, ce lieu est désormais un véritable quartier à vivre.

 

Sources des illustrations anciennes : Archives Municipales de Saint-Étienne, Musée d’Art et d’Industrie